top of page
Rechercher

LES DIFFÉRENTES FISSURES

Dernière mise à jour : 28 juin



Il existe plusieurs types de fissures et chacune d'entres-elles entrainent une méthodologie dans la réparation. Si vous êtes capables de comprendre pourquoi elle apparait, alors vous serez capable de la traiter. Voici les différentes fissures que vous pouvez rencontrer et leurs méthodes de réparation.





 




1 - MICRO-FISSURES

Ces fissures sont d'ordres esthétiques, mais ne sont pas les prémices d'un dégat plus important. Bien souvent elles sont dûes au matériaux utilisés à la construction ou à l'âge de la bâtisse. Pour éviter de devoir réaliser un travail individuel sur chaque fissure, nous utiliserons un revêtement qui permettra de recouvrir les micro-fissures et d'empêcher leur réapparitions. Nous utiliserons pour cela des revêtements de rénovation. Il en existe toute une gamme, selon l'importance des micro-fissures ainsi que de votre budget.

Je vous laisse regarder cette vidéo comparative entre plusieurs types de revêtements.







 





2 - FISSURES DE MOUVEMENTS
  1. Lorsque deux matériaux sont de différentes compositions, le bois et le plâtre (par exemple entre deux parties juxtaposées d'une maison, l'une sous fermettes, l'autre sous ourdie en béton), cela entraine une dilatation et/ou un mouvement des différents matériaux. Sous la contrainte, les joints de placos sont amenés à s'étirer et selon la force, à craquer. Une fissure apparait.

  2. Le plâtre à épiderme cartonné (type placo) est fixé sur des rails, qui en plafond sont eux mêmes fixés sur des suspentes. La charpente en bois, qui travaille, amène les fourures dans un léger mouvement permanent. Ce mouvement peut entrainer à court terme, la déchirure du joint.

  3. Le manque de vis sur placoplâtre, peut entrainer également, un mouvement des matériaux sur les suspentes. Une fissure apparait.



(voir cette vidéo pour les explications techniques d'application de l'enduit élastique)


Ce type de fissures est le plus courant, mais nous n'interviendrons pas de la même manière. Voici la méthodologie selon le cas :


  1. Soyons francs, c'est la fissure la plus difficile à réparer. Elle est même impossible à réparer de façon pérenne et invisible. C'est le cas d'une maison ouverte, qui serait composée d'une partie à étage et d'une autre juxtaposée, de plain-pied, présentant un couloir commun aux deux parties. Le plafond de l'une est fixé sur un ourdie en béton, tandis que l'autre est fixée de façon plus classique sur des fermettes elles mêmes fixées sur des suspentes. Il faudra ouvrir la fissure de manière soignée (bien droite, à l'aide d'une règle par exemple) pour injecter un mastic acrylique (en s'aidant de scotch de masquage pour avoir un remplissage le plus propre possible) tout cela dans l'idée qu'une fois terminée, le joint sera visible, mais ne s'ouvrira plus. Si vous faites ce joint à l'acrylique, il sera possible de repeindre le plafond. Il en va de même pour les parties verticales.

  2. Classiquement, ce type de fissures se travaille avec un calicot. Après avoir réaliser de très nombreux chantiers "assurances" je peux vous garantir que ça n'est pas la méthode la plus pérenne. C'est pourquoi aujourd'hui, je n'utilise que des reboucheurs dit "élastiques" (voir vidéo ci-dessus). Il faudra ouvrir la fissure sur quelques mm, pour que le produit aille le plus en profondeur, puis faire déborder le reboucheur sur les deux parties "propres" de la fissure, (sur au moins deux ou trois cm de chaque côté de la fissure). De cette manière le joint élastique va faire l'effet d'un pansement et renforcera la réparation. Suite à quoi, nous réaliserons une passe de reboucheur classique couvrant la réparation (l'enduit élastique à un fort retrait, on peut d'ailleurs envisager une seconde passe après séchage de la première) puis terminer les travaux par une ou deux passes d'endut de finition, plus large que les premières passes. Il faudra reponcer le tout avant de peindre (impression + fintion)

  3. Pour ce type de fissures, nous allons devoir remplacer les vis manquantes. Il suffira de faire bouger le placo en porte à faux, le bruit ainsi que le mouvement des plaques sous vos mains, indiquera l'endroit précis du défaut. (voir vidéo ci-dessous). Vous pouvez tenter de remettre de nouvelles vis à ces endroits, mais il n'est pas garanti que vous y arriviez (surtout après un dégat des eaux et la dégradation de plâtre à épiderme cartonné). La méthode la plus drastique, consiste à réaliser un "pontage". Il faut dans un premier temps avoir accès aux combles pour pouvoir travailler au dessus de la fissure. Avec deux ou trois morceaux de briques de cloisons creuses, nous allons réaliser un pontage, à l'endroit où la fissure est apparue, entre les deux parties de placo juxtaposées, nous les collerons perpendiculairement par au-dessus, à intervalles réguliers. Vous pouvez également obtenir un résultat correct, en remplacant la brique par un tasseau, (bois ou fourrure) comme dans la vidéo ci dessous.








 




3 - TRAVAIL BACLÉ

Il arrive que le travail soit mal fait. C'est malheureusement trop souvent le cas, dans les logements collectifs. Ou le joint papier est mal collé, ou la jonction à jointer est trop large, ou le joint est dépourvu de bande à joint.


La solution consiste à remplacer le joint mal collé ou manquant. Il faudra donc ouvrir la fissure en découpant au cutter ces extrémités. Voir la vidéo pour les détails.







 





4 - FISSURES STRUCTURELLES

Ce type de fissure nécessite des travaux que vous ne pourrez réaliser sans l'aide d'entreprises spécialisées. Il faudra également vous adresser à votre assurance pour qu'elle déclenche une prise en charge (cela dépend de plusieurs facteurs, à voir donc avec votre assureur). Sachez toutefois que la plupart du temps, les fissures ditent structurelles, apparaissent lors d'un mouvement de terrain. Le climat météorologique actuel, tend à rendre plus courant ce type de désordre, aussi je vous suggères de contrôler sur internet, votre zone d'habitation et de vous renseigner sur d'éventuelles déclarations de catastrophes naturelles.


Les risques dans votre zone d'habitation


Dans des cas particuliers et en l'abscence d'informations, vous pouvez également porter à la connaissance de l'état, votre demande de reconnaissance de catastrophe naturelle sur ce site


La structure d'une maison repose sur ses fondations. La plupart du temps, elle n'atteignent pas plus d'un mètre de profondeur. Lorsque le terrain est en mouvement (sécheresse + innondation) le terrain se met à bouger, lentement, doucement, mais assez pour faire craquer la maçonnerie de la structure. Apparaissent alors des fissures sur les murs extérieurs, ainsi qu'en intérieur. La symétrie des fissures (intérieur/extérieur) est un bon indicateur du mouvement du sol. Il sera nécessaire alors de réaliser des micropieux sous la maison.



Les micropieux sont creusés en créant une ouverture dans la chappe depuis l'intérieur (le carrelage est cassé, parfois ses habitants relogés). On coule du béton de façon à ce que la maison repose sur un sol plus stable (la profondeur des pieux est donc variable selon les cas, d'un mètre cinquante à plusieurs dizaines de mètres). Ces travaux entraînent un cout d'environ 15000 euros (c'est une très grosse moyenne !) et souvent l'impossibilité pour ses habitants d'y résider durant leurs exécutions. Voilà pourquoi, il vous faudra vous retourner rapidement vers votre assureur.



Juin 2024 - Tous droits réservés - Docteur Peinture®

469 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page