top of page
Rechercher

Quel est mon matériel de tournage vidéo ?


 
Le petit mot du doc'

La vidéo et moi c'est une longue histoire qui a commencé en 2005 par des courts métrages que je réalisais avec mes potes. Payés en liquide (bièresSSss) j'avais toujours des figurants de disponible... J'ai toujours eu l'amour du montage, de l'écriture et de l'actorat de pacotille. Aujourd'hui c'est une passion qui me fait vivre. Je reconnais avoir eu beaucoup de chance d'y être arrivé et c'est en grande partie grace à votre soutien puissant. Je ne saurais jamais vous remercier autant que je prends plaisir depuis 2016 à vous divertir sur YouTube. Je n'oublie pas que ce que je fais doit rester avant du divertissement.


Merci pour tout ça.


Stéphane

 
Avertissements

Bien entendu le matériel pris en photo est le mien, ça ne sont pas des photos pompées sur le net pour vous faire croire que je l'ai ! Cela pourra certainement éclairer toutes les personnes désireuses de se lancer en vidéo sur YouTube ou ailleurs, mais n'apportera rien à ceux qui connaissent déjà le sujet.

Toutefois je tenais à préciser que ce matériel n'a été acquis qu'au fil du temps, depuis 2016 et la création de ma chaîne.

Cet article ne fait pas non plus mention, de mon matériel de montage (pc/logiciels) qui coutent à eux seuls plus cher que mon matériel de tournage.

Attention, si j'ai écrit ce post sur mon matériel, ça n'est pas pour vous vendre ces produits et me faire de l'argent facile, mais bien parce que plusieurs commentaires allaient dans ce sens.

(Il y a des liens affiliés vers mon matériel en question. Sachez que si rien ne vous empêche de les acquérir ailleurs, cela ne vous coutera pas plus cher de cliquer dessus ;)

 
MENUS
 






 




MA CAMÉRA - SONY ZV-E10 (+ zoom motorisé 16-50mm f/3.5-5.6)

Avant de choisir cette caméra, j'aurai épuisé mes économies et même plusieurs fois !

La faute à qui ? Aux vidéos, parfois trompeuses, que j'ai pu regarder sur Youtube et qui ventaient les mérites de tel ou tel appareil ! Mais promis si je vous en parle aujourd'hui, c'est que j'ai assez de recul sur le matériel présenté ici.

Le Sony ZV-E10 est un boitier photo / vidéo et le voici en détails...


LA QUALITÉ D'IMAGE



Parlons tout de suite, de ce qui fâcherait Jancovici (bon même s'il n'a pas écrit autant de livres avec du papier venant de l'espace...).

Sa qualité première, le rendu de l'image. Pour être tout à fait honnête, c'est ma première caméra filmant en 4k et là ... c'est une surprise totale.

Même en faible luminosité, la caméra fait plus que son job. Bien entendu ne filmez pas vos prises de vues dans un placard, les volets fermés, ça serait quand même un peu débile ! (même si des volets dans un placard, c'est aussi débile).




L'automatisme de l'appareil reste performant dans tous les domaines, et cela est vite indispensable aux débutants ou à celui qui n'a pas de technicien et qui travaille tout seul.

Bien entendu tout est débrayable, et cerise sur l'appareil, c'est que sa bague d'objectif Sony, permet de monter tous les objectifs disponibles de la marque ! (de même type !)

Bon là on ne s'emballe pas, la plupart des objectifs sont aussi chers que le boitier nu. J'en profite pour dire que j'ai acheté mon appareil dans un pack, livré avec un objectif motorisé 16-50mm f3.5-5.6. qui a du sens pour du "facecam" mais limité lorsque je filme des chantiers à cause de son angle de vue très réduit. Un achat est en projet mais il me demande 700€ d'investissement que je n'ai pas encore.



Le problème de ce genre de combo, c'est la stabilisation de l'appareil.

Pour que le système puisse stabiliser l'image captée, elle la "crop" = recadre, comprenez ici, elle la rogne en zoomant dans l'image, les bords sont perdus dans l'effet de stabilisation, un peu comme "adobe première" le ferait lorsqu'on fait en post-prod (pendant le montage juste avant l'exportation de la vidéo) une stabilisation d'une scène trop mouvementée. Alors déjà que mon objectif a tendance à avoir un angle de prise de vue réduit, dès qu'il est en stabilisation, on perd quasiment la moitié de l'image, difficile dans ces cas là de filmer un mur que je peins dans son ensemble avec seulement 3 mètres de recul.

Qu'à cela ne tienne, je débraye l'option de stabilisation, quand je filme sur trépied et le reste du temps, j'utilise un système de stabilisation trois axes externe, que je vous présenterai plus loin, mais qui oblige pour avoir une stabilisation optimale, d'utiliser quand même la stabilisation numérique et optique de l'appareil !


J'apprécie par dessus tout son auto focus. En lumière suffisante, c'est quasi instantané. En lumière faible, parfois il rame, mais souvent il trouve votre visage au milieu de la scène. Mon ancien appareil, un canon, faisait la mise au point en permanence sans jamais trouver mon visage ! Vu les petits écrans de contrôle de ce type de caméra, inutile de vous dire que je me suis retrouvé avec un paquet de plans complètement flous mais quand on s'en apperçoit, c'est déjà trop tard.


Possibilité de faire des ralentis de folies, quand on sait qu'il peut filmer en 120 images secondes ! Mais aucun intérêt pour moi et mes vidéos.


Je ne vais pas entrer dans plus de détails techniques indigestes (la notice pdf est un livre d'Onfray ! elle fait 591 pages tout de même !) vous imaginez donc que j'en oublierai, mais il est ultra performant, en même temps c'est un appareil récent (commercialisé en France en Juillet 2021 et acheté le jour même :).


J'apprécie le bouton raccourci "Bokeh" (d'usine mais qui se re-paramètre à notre guise). L'effet bokeh, rend le fond flou tandis que le sujet principal est net ! C'est instantané en bonne lumière et ça donne un effet très "film" aux vidéos...

Il faut savoir que de filmer tout en 4k consomme beaucoup de place sur une carte, c'est pour cette raison qu'il vaut mieux avoir plusieurs cartes ou une de grande capacité. Voici la mienne qui est totalement compatible avec cet appareil et qui permet de filmer environ 1 heure en 4k.



LE TOUR DE L'APPAREIL


Cette caméra est assez compacte pour tenir dans une main ouverte. C'est pour cette raison d'ailleurs que j'ai très vite acheté une cage de protection (dont je parle plus bas). D'un poids que je trouve acceptable (340 g boitier nu), il sera quand même conséquent, lorsque ce dernier se retrouvera au bout du bras avec son objectif monté, tenu par une perche à selfie ou un stabilisateur externe de type "gimbal".

Ca tombe bien, c'est une caméra que j'utilise quasiment qu'en studio ou en reportage et le tout sur trépied.


Ayant des paluches de bucheron, j'ai acheté une cage pour rendre plus accessible l'appareil à mes mains

On peut regretter que l'écran de contrôle soit de si petite taille, mais c'est le cas de quasiment la totalité des appareils de cette catégorie. C'est limite pour voir si le sujet est flou, ou contrôler d'autres critères de cadrage.

Il affiche cependant un cadre de couleur rouge, lorsque la touche "enregistrement" est appuyée (sur le devant de l'appareil, il y une petite lumière rouge pour avertir que ça tourne !).

Il y a possibilité de brancher un micro externe sur la griffe située juste au dessus de l'appareil. Une prise casque est disponible sur le côté, ce qui permettra de contrôler l'enregistrement du son en même temps que la captation. Mais vous verrez plus loin que je n'utilise jamais cette technologie. Les boutons sont minimalistes et restreints, mais ce qui n'empêche pas la complexité du menu principal, qui vous laissera pantois la première fois ! Il y a tout de même un écran d'option où l'on peut ranger ses menus favoris (accès à la stabilisation et au formatage en une touche pour moi, c'est pratique). L'écran est rotatif et permet de contrôler l'image depuis l'autre côté de l'appareil (idéal pour les vlogs facecam).


L'autonomie est très moyenne, environ 45 minutes avec une batterie d'origine, donc comme a mon habitude j'ai acheté un pack de deux batteries supplémentaires ainsi qu'un chargeur qui n'est pas vendu avec pour avoir plus de liberté de mouvement.

Même si la sous-marque Onshida est moins fiable et moins performante en autonomie, c'est un bon compromis dans la liste de mes accessoires essentiels quand on a dépensé tous ses sous dans la qualité même de l'image !.



Comme je l'ai dit plus haut, j'ai très vite acheté une cage de protection de la marque smallrig, plus pour agrandir le modèle que pour le protéger, je trouvais l'appareil trop petit pour m'en saisir en toute sécurité. D'ailleurs sur les photos présentées ici, ma caméra est installée sur sa cage de protection. Cela présente l'avantage de pouvoir connecter d'autres accessoires, comme une poignée secondaire (sur l'image ci-dessus à gauche). Autant la cage de protection est acceptée par mon stabilisateur, autant la poignée gauche secondaire doit être enlevée à chaque utilisation du stabilisateur, il empêcherait la liberté de mouvement des moteurs.



CONCLUSION


Il y a bien entendu une foultitude d'options que nous ne pouvons pas relever ici (effet peau douce, ça m'a fait rire (que je n'utilise pas dans mes vidéos, hein ! que ce soit clair ! j'ai la peau douce naturellement moi :), histogramme, personnalisation des boutons, suivi du regard pour l'autofocus, etc).

A l'heure où j'écris cet article, l'appareil est encore vendu sur Amazon, au prix de 845 euros (avec l'objectif dont j'ai parlé).

Au passage, j'ai quand même acheté deux caméras avant de me décider pour celle ci. Je regrette juste de ne pas l'avoir connu plus tôt ... ah ba non ! elle n'était pas encore sortie !











 
Caméra Action GO Pro Hero 9 Black

J'ai hésité longtemps à upgrader ma caméra action, avec son concurrent de chez DJI, sauf qu'à première vue, la dernière Dji a de très gros problèmes de conception, et toutes les caméras sorties des usines pendant le covid, ont aussi le covid ! La mise au point de près, est simplement dégueulasse (et ce jusqu'à environ 1m50), il y a un flou hallucinant, et même les dernières mises à jour logiciel, n'ont pas réussi à régler le souci, j'ai même lu qu'ils avaient rappelé le matériel ! Bref ! Moi je suis resté sur cette ancienne Go Pro, la 9 du nom, enfin ancienne...pas tant que ça (septembre 2020)



Pourquoi ne pas prendre l'un des derniers modèles ?

Hormis le prix bien moins élevé, la hero 9 black a tout de ses successeurs.

Ecran de contrôle avant arrière, stabilisation rudement efficace (comme doivent l'avoir les caméras action au demeurant) et surtout, un grand angle fabuleux, avec possibilité d'un réglage intermédiaire, qui permet de supprimer l'effet "fish eye" pas toujours voulu, mais de garder un grand angle fabuleux !

J'ai longtemp filmé avec mon téléphone, mais force est de constater que le téléphone a ses limites ! La caméra Action se pose dans un angle d'une pièce et permet de filmer tout ce qui s'y passe, ça n'est pas le cas d'un téléphone. Il existe bien ces petits objectifs à pince, que l'on ajoute au téléphone (j'en ai un que je n'utilise quasiment jamais tant son placement est aléatoire), mais la qualité n'y est pas, et l'effet désiré non plus.

Quand on filme de près avec une GoPro, pas vraiment de soucis, il y a bien entendu une distance à respecter entre le premier plan et la caméra qui est environ de la motié d'un bras (autrement de trop près, ça sera flou).


Ce qui est plus pénible c'est la transmission en direct de la vidéo, l'écran saccade lorsque ça filme en 4k, le processeur n'étant clairement pas assez puissant (et c'est ce qui différencie du modèle Go pro hero 10 de ce nom). Au final, ça n'est c'est pas si gênant tant que l'on peut voir le cadrage. Autre point faible c'est l'écran de contrôle de facade qui est carré, pour une image qui se veut 16/9 forcément, on ne voit que le centre, ça peut être déroutant, mais après quelques essais, on comprend bien les limites de l'objectif de l'appareil et on s'adapte très facilement à son utilisation.


L'appareil va sous l'eau, environ 10 mètres sans coque. Pourquoi pas ! Même si je n'ai aucun intérêt dans mon activité à faire jouer les nautilus à mon appareil, c'est à noter ! Sait-on jamais il pourrait tomber dans les chiottes si je faisais une vidéo de détapissage dans cet endroit pas toujours confortable...


L'autonomie n'est pas si mauvaise, mais encore une fois, j'ai acheté une seconde batterie de rechange pour avoir toujours de l'énergie à disposition. Une batterie ayant une autonomie d'environ 45 minutes, cela me laisse largement assez, pour réaliser le tournage de plusieurs scènes pendant un chantier test. Terminés les prises de têtes avec le téléphone, qui n'a pas toujours ni la batterie, ni la qualité requise au final.


Certe la définition de l'image n'est pas celle d'une caméra fixe comme celle de ma Sony, mais en jouant sur les deux j'arrive à proposer des images de qualité à ma communauté. Vous ne trouvez pas ? Elle a beau filmer en 4k ça ne change pas la qualité plutôt moyenne de son capteur, résultat, l'image n'est pas hyper lisse, et on le constate au montage, des zones sombres à outrance, de la pixelisation sur du zoom, bref, bonne qualité mais pas top qualité, il faudra donc penser à l'éclairage.


Beaucoup lui trouver ce défaut de fludité des menus, dans le mouvement "swippé" de l'écran, j'avoue, c'est casse noisette, mais encore une fois, pour ce que j'en fais, ça me va très bien. Si je devais faire beaucoup d'extérieur, dans des conditions difficiles, le froid par exemple, je réfléchirais à deux fois, autrement, c'est la caméra qu'il vous faut, surtout pour son prix !










 
LE STABILISATEUR EXTERNE DE CAMÉRA FeiyuTechAK2000

J'ai hésité avec la célébre marque dont tous les YouTubeurs parlaient le Ronin, mais à force de lire tout et son contraire, je me suis laissé tenter par une marque jusqu'alors beaucoup moins connue.

Je me suis rabattu sur un modèle polyvalent, puissant et solide, dans le même ordre de prix, le FeiyuTech AK2000.


Un peu de technique.

Sachez que toutes les caméras grands publics ont un stabilisateur intégré, quand ça n'est pas sur l'objectif c'est sur le boitier et avec un peu de chance c'est sur les deux comme sur le mien. Mais malheureusement, comme je l'ai expliqué plus haut, le logiciel intégré, crop l'image afin de stabiliser ce que nous filmons en recadrant à l'excés notre scène, surtout quand la stabilisation est moyenne. Résultat, ont perd beaucoup d'information visuelle !

Pour que la stabilisation soit la plus parfaite possible, il faut quand même activer la stabilisation du boitier quand vous en avez la possibilité !

Donc ... On crope quand même pas mal l'image même avec un stabilisateur.

J'ai essayé sans stabilisation de ma caméra, mais il persiste des saccades visuelles. Parlons tout de suite de son gros défaut, son poids. On imagine facilement pourquoi ! Avec le système de stabilisation sophistiqué et toutes ses poulies internes, ça n'est pas surprenant ! L'appareil fait un peu plus d'un kilo, vous ajoutez à cela le boitier et l'objectif, et vous avez au bout du bras un combo d'un peu plus de 2 kg, c'est quand même lourd pour filmer de long plans. Encore une fois l'appareil peut se monter sur un trepied, et donc soulager le porteur, au détriment de la dynamique d'un plan en mouvement.


Il y a bien entendu quelques options de mouvement que vous pouvez programmer facilement et ainsi rendre le stabilisateur autonome. Vous lui donnez un point de départ et un point d'arrivée, en ajoutant des points intérmédiaires si ça vous chante, et vous démarrez l'appareil, il va alors suivre la route que vous lui avez ordonner. Un vrai bonheur d'avoir un plan digne de la télé !


L'autonomie n'est pas si mauvaise, mais vous devrez recharger l'appareil si vous l'utiliser trop longtemps. 14 heures annonçées. Forcément ça sera légérement différent selon le poids embarqué par l'appareil qui se limite toutefois à 2.2kg.


Il y a la possibilité d'ajouter une poignée latérale, que j'ai achetée, mais dont je ne me sers que très rarement (sauf pour quelques travelling, que l'on peut voir d'ailleurs dans ma vidéo sur mon opération du coeur)


Je ne m'en passe plus lorsqu'il s'agit de mettre en valeur une pièce repeinte ou un décor terminé.










 
LE SATBILISATEUR POUR TELEPHONE ZHIYUN Smooth


C'est certainement le premier achat que j'ai effectué pour mon setup en 2016. Un stabilisateur pour téléphone. Comme son nom l'indique, c'est un stabilisateur qui ne peut embarquer qu'un téléphone "classique" sans sa coque de protection !

(la référence de mon téléphone est le S21 de chez samsung).

Je réalise des plans très fluides, même si je n'active pas la stabilisation de mon téléphone.


Le stabilisateur est très léger et très intuitif à l'utilisation.

Son gros point fort c'est son autonomie ! Je filme des journées entières sans jamais le recharger. Lorsque je fais une vidéo "en peinture Simone" je ne le recharge jamais une seule fois durant tout le voyage !


Il manquerait plus que je puisse adapter la broche pour accueillir ma gopro et ça serait parfait !

Son utilisation nécessite un peu d'entrainement pour se familiariser avec la molette de direction, mais les mouvements naturels du poignet, enmènent votre cadre là où vous désirez, assez facilement.









 
DRONE DJI MINI2


Dans mon activité, il est en effet bien optionnel d'acquérir ce genre de matériel, oui mais que veux-tu ? Quand tu es fan de technologie, et que la vie t'as doté d'un coeur tout pourri, ba tu te dis qu'il faut en profiter ! Je suis toutefois resté très modeste dans mon choix puisque j'ai acheté un modèle d'entrée de gamme qui n'a pas besoin de permis pour voler. Il faut toutefois prendre quelques précautions, comme par exemple faire cette petite formation OBLIGATOIRE et gratuite en ligne et réussir son petit examen (facile), qui permet de connaître les règles de bases du vol d'aéronef civil de moins de 800 grammes, circulant sans personne à bord et ce pour un usage de loisir.


Dji fait du bon matériel, aussi la caméra embarquée, filme en 4k, de quoi faire de splendides plans ! Mais c'est un drone, il n'est pas blindé ! S'il tombe et même à 1m du sol, tu l'exploses ! J'en ai fait les frais, quand j'ai tenté un atterisage débile sur le toit de mon fourgon ! (ce qui explique la présence d'un sticker sur l'appareil, j'ai cassé quelque peu la coque, elle se change certe, mais je n'ai jamais pris le temps d'en recommander une seconde :).

J'ai investi toutefois dans pas mal de petits accessoires, comme par exemple un pad pour décoller et atterrir sur tous les terrains, c'est super pratique. J'ai acheté un combo avec chargeur et trois batteries, indispensable, vu qu'un vol avec batterie neuve et rechargée est de l'ordre de 15 minutes. J'ai également acheté des filtres ND de chez PGYTECH afin de pour pouvoir régler la luminosité comme je l'entends. Bon manque de bol, en faisant tomber mon drone, j'ai pété celui dont je me servais le plus :'( et la marque vend un lot de 4 inutile) mais ça a protégé la caméra qui coûte le plus cher sur l'appareil ! Conseil donc, achète ce genre de filtres


Toujours pareil, dans mon sac de transport (que tu verras plus loin) j'ai acheté une petite "caisse à outils" pour mon drône, au moins j'ai de quoi changer les hélices en cas de besoin, et si tu touches, ça casse vite ! L'appareil est doté de rallonge pour le train d'atterissage que je trouvais trop près du sol. J'ai aussi un système de pare-soleil, qui me permet de couvrir ma télécommande en cas de fort soleil, mais finalement je ne m'en sers jamais, je filme plutôt vers le soir ou très tôt le matin (l'heure dorée pour ceux qui connaissent un peu les plans en drone).


Sur le plan du pilotage, ce type de drone est très simple, s'il est en vol et que tu ne touches plus les commandes, il reste en stationnaire. Il y a bien entendu une multitude de réglages qu'il serait trop long de détailler.



Il a tout de même quelques défauts et vu son poids tu te doutes bien que le vent est son principal ennemi !

Les mises à jours incessantes sont aussi très pénibles, elles nécessitent de mettre à jour, non seulement l'application du téléphone, mais aussi le logiciel embarqué dans les batteries et la télécommande ! Quand elles se mettent en mise à jour, tu ne peux plus utiliser le drône, il faut donc impérativement contrôler ce point avant de partir, autrement c'est mort pour ton magnifique plan à l'heure dorée !


J'ai appris très vite un mot propre au vol de drone, c'est le FLY AWAY ! Et quand ça t'arrive tu as la chiasse instantanément, tu images un billet de 500 s'éclater au sol !

Le Fly away est un phénomène dû aux interférences, il te prive du contrôle de ton appareil, et ce dernier devient comme fou, parce qu'au lieu de s'arrêter il envoie ton drone se balader et à grande vitesse ! On m'a tout dit à ce sujet, éviter les antennes, les lignes à hautes tension etc, sauf que cela m'est arrivé plus d'une fois en plein milieu de la campagne et sans raisons "visibles", alors y'a t'il un pilote dans l'avion ?


Deuxième erreur, filmer près de la mer, au mois de mai ! Attaque de la mouette assurée (enfin du goéland dans mon cas). C'est à cette saison que les grisards voient le jour, et accessoirement sur les toits du littoral, donc si tu voles près de leurs nids, les mamans (ou les papas, je n'ai pas encore assez d'expérience pour les différencier) attaque ton drône ! Et ils n'ont pas froid aux yeux malgré le bruit...


J'ai acheté mon drône sur un site qui était sponsor d'un youtubeur que j'apprécie afin de le soutenir dans son travail, il est à mes yeux, la bible en la matière, c'est Hubert, je te mets le lien de sa chaîne et dis lui bien que tu passes de ma part ;)












 
LA PRISE DE SON - Sony ICD-TX650 et TX660



Le son est effectivement la chose la plus importante, et il en a fallu que j'en essuie des plâtres avant de le comprendre ! Sans maîtriser la chose, car c'est un métier à part, j'ai donc fait en sorte de ne plus avoir le son aussi pourri de mes premières vidéos. J'ai là encore investi des centaines d'euros dans tout un tat de matériel non adapté à mes besoins, parfois difficile à mettre en oeuvre ou simplement inutile pour mon usage.




J'ai arrêté mon choix sur l'enregistreur de chez Sony (Sony encore une fois, mais c'est le hasard).

Ce petit enregistreur est très discret et léger. Il est muni d'une griffe qui permet de l'accrocher sur n'importe quel vêtement. Il enregistre des jours de son dans sa qualité maximale. Il n'y a pas de stockage externe (micro carte), il garde tout dans sa mémoire intégrée. Mon premier a déjà 4 ans :O (c'est quand on regarde l'âge de son micro qu'on veillit :)

Très heureux de la marque et du modèle j'en ai acheté un second il y a peu pour mes émissions nécessitant une prise de son multiple (deux personnes en interview).

Sans que ce soit une plaie, le micro enregsitre de façon autonome les scènes, ce qui fait qu'il faut synchroniser le son en post production, mais si tu utilises un logiciel de montage moderne, plus la peine de faire le fameux clap', il synchronise les deux bandes automatiquement et sans aucune erreur ! On est loin de mes débuts où il fallait que je tende l'oreille pour ne pas avoir la voix décallée avec l'image ! Quelle merveilleuse époque :)

Le son en lui même est propre et lorsque le micro est juste sous le menton, il n'y a aucune perturbation extérieure qui vient salir la bande. En revanche, le son en lui même reste très plat, il faudra donc en post-production le retravailler afin de faire ressortir les belles fréquences de ma voix rocailleuse.









 
ÉCLAIRAGE



La lumière est tout aussi importante pour que l'ensemble de la vidéo soit harmonieuse et que la caméra puisse jouir pleinement de ses supers capteurs.

Le matériel de cette section est assez complet mais reste abordable en terme de coût. La qualité en pâtit quelque peu, notamment sur le point de la durabilité par la fragilité de leurs conceptions. En d'autres termes si on veut mieux, on met plus cher.


L'utilisation de ce type d'éclairage est primordiale. car les caméras enregistrent les sources de lumières en continu, et malheureusement, l'éclairage de nos maisons (lampes, néon, spot etc) diffuse une lumière de façon "alternative", résultat un spectre lumineux "clignotant" vient saturer l'image et cette dernière n'est plus utilisable.




Mes vidéos sont loin d'être académiques, mais je m'efforce de respecter les règles de l'art et de la prise d'image. Il y a plusieurs façons d'éclairer une scène.

Une première source lumineuse pour mettre en valeur le personnage, avec des éclairages, parfois sur le côté, parfois au dessus ou en dessous du sujet, parfois les trois. Une autre vient surligner la silhouette du personnage en éclairant son dos, cela fait ressortir ses contours. Et une dernière éclaire de façon tamisée (en règle générale) l'arrière plan, toujours dans l'idée de faire ressortir le sujet principal. On peut faire varier l'intensité de la lumière ainsi que sa chaleur (plus ou moins jaune ou blanche).


La première de mes lumières, est une lumière portative rechargeable, de la marque peu connue "VIJIM VL-81" (ci-dessus). C'est un modèle qui permet d'éclairer mon visage en facecam de façon à avoir le fond un peu plus sombre. Mais elle n'est utilisée que lorsque je ne suis pas dans mon "studio".


Une autre lumière, un peu plus puissante, mais qui vient malheureusement de me lâcher, a la même fonction que la précédente, en plus puissante et présente un panneau lumineux beaucoup plus grand. Elle peut également servir d'éclairage d'arrière plan, lorsque le décor est trop sombre. Elle est de la marque Viltrox mais reste un produit amateur. L'autonomie est cependant trop limitée (environ 1 heure).



Ma source principale de lumière est générée par deux spots led de studio de la marque Neewer. C'est un pack de deux spots avec softbox (qui adoucissent la lumière). Je les utilise en permanence. Il y a la possibilité de les mettre sur batterie, mais je les utilise uniquement sur secteur. Etant démontables mais de faible qualité, je doute que je puisse les remonter si je m'amuse à les replier à chaque utilisation. Du coup ils prennent de la place, mais j'ai un studio d'enregistrement qui le permet. Ils sont livrés avec une petite télcommande qui permet de faire les réglages tout en étant devant la caméra et son écran de contrôle. Je recherche toujours à être autonome dans mes enregistrement et les télécommandes, quand elles existent, font toujours partie de mes accessoires favoris. Ils sont sur trépied et leur câbles d'alimentation est assez long. Le hic c'est que le jour où l'ampoule led grille, je peux jeter le spot, et en même temps pour le prix, c'est logique. C'est léger, donc fragile et peu équilibré, il faut donc prêter attention à leurs emplacements.











 

DERNIERS ACCESSOIRES TRES UTILES

TREPIEDS


Le choix du bon trépied est long. Il faut que la hauteur maximale vous convienne, que le système de blocage soit le plus polyvalent, et que les pieds ne soient pas trop pénibles à déployer. Je n'ai jamais acheté deux fois la même marque et je ne suis toujours pas satisfait à 100% de mon ensemble, car le système de fixation est différent pour l'un deux. Je cherchais un système universel qui prendrait en compte la fixation de mon stabilisateur pour m'éviter de devoir mettre un adaptateur sous ma caméra selon l'endroit où je l'installe, mais je n'ai pas encore trouvé (sauf dans ceux à plus de 300€ l'unité). En attendant je tourne avec trois trepieds selon les besoins, le plus ancien ( à gauche) a tout de même 30 ans, je l'avait acheté quand j'ai commencé la photographie étant ado et je l'ai toujours.




TELEPROMPTEUR NEEWER


C'est un petit appareil très utile, qui m'évite d'imprimer des pages entières de script. Il faut juste se faire à la vitesse de défilement qui est paramétrable sur le logiciel que j'utilise, et avoir, au mieux, une tablette (que je n'ai pas) du coup je pique celle de ma femme. Autrement le téléphone est compatible, mais du coup les caractères sont très, très, très petits. Rendre le prompteur "invisible" au spectateur demande deux choses. La première avoir un certain talent d'orateur ou d'acteur, histoire de réaliser une vidéo la plus naturelle possible, second point et non des moindres, c'est que le trépied qui supporte le prompteur et la caméra, bon déjà soit assez solide pour supporter le combo ça s'entend, mais également soit placé assez loin pour éviter de capter la lecture de l'oeil, ce qui induit de facto, l'utilisation du zoom de l'appareil, et donc ... d'un bon éclairage pour obtenir la qualité maximum d'image. Tout un métier ...




SAC A DOS DE TRANSPORT


Je m'en suis passé des années, mais aujourd'hui avec le matériel à déplacer, ça n'est plus possible, en outre avoir tout le matos "sensible" sur soit, c'est aussi rassurant quand on arrive à l'hôtel, ça reste pas dans le fourgon, à la portée du premier imbécile qui passe. Je ne savais pas du tout lequel acheter, du coup j'ai cherché jusqu'à trouver celui ci de la marque Tarion.



C'est un sac vendu avec des bandes de tissus "scratchables" ce qui permet à chacun de créer ses espaces selon le matériel à transporter. Le principe est génial.

Je peux également embarquer un trépied (faut choisir le bon) et tout mon matériel, stabilisateur, caméra, micro, drone etc. A la fin, ça pèse son poids ! Mais ce type de sac est prévu pour, du coup les sangles comme le tissus du dos est adapté pour ne pas être trop ressenti.









 




CONCLUSION GASTON

Quand tu vois la liste de mon matériel, tu te dis :

- ouah il a du pognon ! (oui c'est vrai... non j'déconne)

Et c'est légitime de penser cela quand on fait la comptabilité de mon matos, maintenant dis-toi que je n'ai pas acheté tout cela en une seule fois, qu'il m'a fallu des années pour économiser et choisir le matériel qui me convenait.

Dis toi aussi qu'aujourd'hui, YouTube c'est 80% de mon activité (suite à mes ptits ennuis de santé) et donc pour travailler correctement il faut du bon matos, c'est toujours pareil !

J'ai tout de même privilégié le son et l'image au détriment de la lumière ou de certains accessoires, mais je ne regrette en rien mes choix et ce que tu as pu lire jusque là, aura toujours ma satisfaction.






Décembre 2022

Docteur Peinture ©
















57 vues

Posts récents

Voir tout

Comments